Serge contribue, par ses dessins,

au procès d'IG-Farben à Nuremberg


Lettre de l'Auditeur Principal au procès d'IG-Farben à Nuremberg
Traduction de la lettre de Monsieur Benvenuto von Halle,
Auditeur Principal au Procès contre la IG- Monowitz - lettre du 26 septembre 1947.

Monsieur                             Nüremberg,le 26 septembre 1947.
le Dr Jules Hoffstein
Thionville

Très Honoré Monsieur Hoffstein,

Je dois votre adresse à mon ami Lutz Hess et voudrais vous demander votre aide en la circonstance suivante :
Comme vous le savez le procès contre la IG Farben Industrie a commencé à Nüremberg. Je suis Auditeur Principal et prépare en particulier le cas de l’IG- Auschwitz devant le Tribunal.
J’accorde une importance à quelques images d’ambiance : place d’appel, vie dans les baraques, déportés marchant, etc au sujet du camp de concentration de la IG-Monowitz que je me propose de présenter au Tribunal. Il est important pour moi de voir apparaître avec précision les situations anormales au premier plan de ces images, qui devront être assez grandes pour la circonstance. Je voudrais proposer 2m 1/2 X 3m.
Comme Lutz Hess me l’a dit votre ami Schmulowitz serait en mesure de réaliser cette affaire.
Pour toute aide que vous pourriez nous apporter, je vous remercie.
Avec mes salutations,
votre
Benvenuto von Halle.

Commentaire de Serge Smulevic :

J’ai évidemment accepté, mais à la suite d’un entretien téléphonique avec l’Auditeur Principal, j’ai eu l’accord de réaliser les dessins à ma guise pour décrire ces scènes, et même des dessins montrant les arrestations et les wagons à bestiaux.
Lutz Hess était un déporté allemand "aryen" qui était avec nous à Monowitz, employé par la direction du camp à la “Schreibstubbe” (Administration centrale) et il était un ami du Dr Hofstein, mais comme le Dr Hofstein et moi étions très liés, il me connaissait aussi et surtout il savait que je dessinais beaucoup au camp, comme je l’explique dans le texte relatif à ma survie .
Evidemment, il a déformé mon nom Szmulewicz en Schmulowitz.

Voir les dessins réalisés par Serge Smulevic en 1945.


L’art et le mal : La création artistique dans les camps de concentration et d’extermination (F. Lefebvre)
Interview de Serge Smulevic par Fanny Lefebvre à Anglet, le 29 avril 2008 :


1 - Quel est votre parcours personnel en tant que dessinateur ? (formation, carrière)

J’ai toujours beaucoup dessiné bien avant d’aller aux Beaux-Arts. N’importe quoi, et tout ce qui me plaisait et souvent de l’imaginaire. Aussi bien des visages humains que d’animaux extraordinaires que des engins, que des voitures de course extravagantes et des avions. Les Beaux-Arts ont été un passage obligatoire pour moi. Avoir des vrais professeurs, chacun spécialisé dans sa matière : la perspective, le dessin au crayon gras, le fusain, puis l’utilisation des peintures–couleurs : la gouache, l’aquarelle et l’huile. Puis la gravure sur linoléum, sur bois et sur zinc (pour réaliser des eaux-fortes). Puis du nu. Puis du modelage. On avait également un professeur d’histoire de l’art et un médecin pour l’anatomie. Bref la formation la plus complète possible, surtout à Strasbourg qui avait plusieurs fois hérité des traditions allemandes. A la fin de mes études aux Beaux –Arts la guerre a éclaté, et à mon retour il n’y avait pas de travail pour les artistes. J’ai néanmoins pu réaliser des travaux de décoration dans de nouveaux appartements, des tableaux pour les meubler etc. J’ai aussi réalisé des affiches de cinéma et de théâtre. Mais pas suffisamment pour gagner ma vie normalement. J’ai donc quitté la France pour la Belgique où je savais qu’on pouvait trouver du travail plus facilement. Effectivement je suis d’abord entré dans un atelier de décoration, puis dans une petite agence de publicité, où je me suis familiarisé avec le dessin publicitaire et surtout avec les techniques d’appel à l’achat Et la motivation écrite (slogans, textes de persuasion etc. ) Puis on m’a proposé la direction de la publicité à l’agence Havas, qui m’a permis de connaître plusieurs sources de créativité nécessitant chaque fois des arguments et des techniques différentes. Puis j’ai voulu mettre mes connaissances à la disposition d’une seule firme ne fabriquant qu’une seule gamme de produits apparentés. J’ai eu la chance de pouvoir entrer chez Philips, où toute latitude m’a été accordée après 6 mois de publicité traditionnelle. Et j’y ai fait une carrière complète et heureuse à tous points de vue en tant que Directeur des services de publicité. Liberté créative et de campagnes déterminées. Liberté budgétaire importante (Voir mes certificats).

2 – A Monovitz, en quoi votre formation d'artiste vous a-t-elle aidé au quotidien ? Quel place a eu le dessin durant votre déportation ?

 A Monowitz, ma formation d’artiste ne m’a pas aidé au quotidien mais seulement à une période bien déterminée, c'est-à-dire au cours de l’été 1944. Je suis alors entré pendant plusieurs mois dans un bureau de dessin technique, dont les deux dirigeants n’avaient absolument aucun rapport avec la brutalité des autres Allemands d’autres secteurs ; c’étaient deux ingénieurs en blouse blanche bien élevés, qui malgré ma tenue de bagnard en uniforme rayé, me considéraient comme un être humain, et m’appelaient « Monsieur » J’y faisais maladroitement des dessins techniques, mais quand ils ont appris que je sortais des Beaux-Arts, et en plus de Strasbourg, ils m’ont demandé de dessiner pour eux. L’un m’a demandé des reproductions de petites photos de son fils, en grand format, l’autre des dessins en couleurs de sa propriété. Ils m’approvisionnaient en papier de dessin et en couleurs. J’échappais totalement au contrôle de mon Kapo pendant ce temps, et les deux ingénieurs me récompensaient en nourriture. Quoique inscrits au parti nazi, ils n’étaient pas des nazis, je m’en suis rendu compte immédiatement. De pouvoir dessiner et donner libre cours, en petites doses, à mon imagination, m’a fait le plus grand bien. Ils avaient toujours des dessins à me faire faire, et je ne faisais plus du tout de dessin industriel. Uniquement des dessins d’après photos ou d’après les descriptions qu’ils me donnaient.
Je ne peux pas répondre à votre question n° 4, ces ingénieurs n’étant pas des SS et n’ont jamais tué quelqu’un.   Ce bonheur n’a duré que quelques mois, juin, juillet et août 1944. Les deux ingénieurs ont quitté l’usine et j’ai été réintégré dans mon travail journalier de terrassement, mais ce que je venais de faire m’avait donné une idée...
Les déportés allemands aryens avaient le droit de recevoir régulièrement des colis, et dans le block où je logeais il y en avait quelques uns. Je leur ai proposé de faire des dessins pour eux ( leur portrait, le dessin de leur maison etc.). Très enthousiastes, ils ont accepté, et les séances de pose ont commencé, puis petit à petit, ça s’est su et j’ai eu du travail presque chaque jour, récompensé par du pain, de la soupe, un bout de saucisson etc.
Puis un jour un SS (gardien du camp) est entré et m’a demandé de lui faire son portrait d’après une photo. J’étais devenu très fort dans cette spécialité. Je
devais immédiatement interrompre tout travail en cours et exécuter la commande de cet SS qui revenait et me donnait un petit morceau de pain. Je n’établissais aucune relation de cause à effet, entre un sentiment quelconque de ma part et le travail de cet SS que je ne pouvais considérer que comme un travail de gardien. Et de toutes façons je n’avais pas la possibilité de refuser.

3 – Avez-vous dessiné de façon clandestine ?

Non, jamais. Et je n’ai connu aucun déporté qui l’avait fait.


4 – Le fait de pouvoir dessiner, de garder un contact avec l'art vous a-t-il aidé à surmonter parfois le mal qui vous entourait ?

Oui, mais pas d’une façon profonde, je savais – forcément – que dessiner n’était que très passager et que ça ne m’aiderait pas à sortir du camp, et puis je ne dessinais pas pour moi, mais pour d’autres. Je ne satisfaisais que des besoins d’autrui. Ça m’enlevait une partie du plaisir que j’aurais éprouvé
autrement et qui aurait senti bon l’illusion d’une liberté imaginaire.

5 – Pensez-vous que votre sensibilité artistique a été un atout ou au contraire un handicap lors de votre déportation ?

Un atout très artificiel puisque cela ne me rapportait qu’un peu de nourriture, néanmoins, des idées me traversaient l’esprit comme des éclairs, que j’étais en train de dessiner comme un homme libre, mais l’illusion ne durait qu’un millième de seconde !

6 – Pensez-vous que les dessins des camps soient plus une façon d'exprimer l'insondable douleur des déportés ou bien un témoignage ?


Les deux. Avec beaucoup plus de conviction pour la deuxième partie : la certitude d’un témoignage. Les dessins ont été réalisés à 99% dans le but de témoigner, beaucoup plus qu’un témoignage oral. On n’invente pas des choses pareilles !

7 – Votre déportation a-t-elle influencé votre façon de dessiner, par la suite ? Si oui, de quelle façon ?

Ma façon de dessiner n’a pas été affectée par la déportation, à part le fait qu’une fois libre, je pensais que j’avais été contraint de dessiner au camp, et que là je dessinais librement, c’est peut être une façon de mettre plus de temps une fois libre ou de dessiner ce que j’avais envie de dessiner, mais mon style, et ma façon de dessiner n’ont jamais changé. Ou alors inconsciemment, peut-être. Il se peut que mes coups de crayons ont été plus francs une fois libre, c’est très difficile comme question. Je ne dessine que très peu actuellement et mon dessin a beaucoup changé avec l’âge, mais  pas le style. Un musicien joue aussi d’une façon différente avec l’âge mais son style restera toujours  le même.

8 – Vous avez produit des dessins pour témoigner de la réalité des camps de concentration et  d’extermination nazis lors du procès de Nuremberg, comment avez-vous alors envisagé ce travail ? Comme un devoir rigoureux, comme une possibilité d'exprimer ce que vous n'aviez pas pu dire ?

En vérité ça s’est passé ainsi : tous ces dessins, sans exception, je les avais faits pour illustrer un livre   que j’avais commencé à écrire, mais j’avais fait tous les dessins d’abord pour mieux m’en imprégner   pendant que j’écrivais. Puis j’ai renoncé, et j’ai jeté tout ce que j’avais écrit, mais je n’aurais jamais fait   cela avec mes dessins que j’aimais beaucoup, et que des amis m’avaient déjà demandés.
Et quand j’ai reçu la demande de Nuremberg pour réaliser des scènes de déportation et du camp,   mes dessins étaient tout prêts pour remplir cette fonction, et c’est à cela qu’ils ont finalement servi.

Donc je n’avais pas fait ces dessins spécialement pour Nuremberg, mais pour illustrer le livre que je  n’ai jamais écrit. Et je le regrette maintenant, mais il est trop tard, mais j’ai écrit des nouvelles. En fin de compte, j’ai dessiné pour témoigner avant même qu’il ne me soit demandé de le faire de   façon plus officielle.

9 – Ces dessins sont tous sur fond coloré, pourquoi ?

Ça c’est un petit truc de dessinateur, suivant le sujet, un fond de couleur approprié, dramatise   davantage la scène dessinée et la renforce. Tristesse, angoisse, peur peuvent être exprimées au moyen    des couleurs et le subconscient fait le reste.

10 – Pensez-vous avoir pu restituer l'horreur des camps avec vos dessins ou malgré tout, le mal   demeure-t-il irreprésentable ? Vous déclarez « qu’Auschwitz ne s’écrit pas », pensez-vous qu’il puisse se dessiner ?

Bien entendu l’horreur des camps peut être dessinée, mais je trouve que les dessinateurs qui l’on fait   sont un peu sadiques et qu’il y a moyen de l’exprimer avec moins de perversité, même si cela a été le   cas. Libre à eux de le faire, mais je m’oppose à cette façon de faire. Oui, on peut l’écrire (le lira qui le   veut), on laisse le choix et la liberté à chacun d’en prendre connaissance, on peut en parler abondamment, l’écoutera qui veut, on peu en faire des films – avec avertissement de scènes insoutenables - , le regardera qui voudra. Il ne faut pas forcer les gens.
Tout est réalisable, mais le dessin permet quand même à coup sûr d’identifier les tricheurs.



Interview parue dans le cadre du Colloque virtuel sur le mal, juillet-septembre 2008, in www.approximations.fr


Voir les dessins réalisés par Serge Smulevic en 1945.
Retour à la biographie de Serge Smulevic .

Retour  au sommaire : Serge dessine et se souvient  
Sommaire
Autres documents
Rechercher dans le site
Page pour les élèves