<

De l'arrestation aux camps

Documents et photographies
de la déportation vers les camps
Lettre : 15 juillet 1942 (date manuscrite). Ainsi que vous en avez iété nformé verbalement, les Autorités Allemandes ont décidé de transférer dans les territoires de l'Est les Juifs résidant dans la région parisienne et appartenant aux catégories suivantes : apatrides, allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, russes, réfugiés sarrois. Elles ont invité les Autorités françaises à effectuer le rassemblement des Juifs dans des camps de la zone occupée d'où elles procéderont à leur transférement... Signature : Pour le Chef du Gouvernement, le secrétaire général à la police, René Bousquet
Lettre de René Bousquet, chef de la police de Vichy, la veille de la Rafle du Vél'd'hiv'.
C'est la police française qui s'est chargée des arrestations.
5 cars alignés devant l'entrée d'u grand immeuble : le Vél d'hiv'.
Les autobus utilisés à Paris lors de la rafle du Vél'd'hiv, les 16 et 17 juillet 1942.
Les Juifs arrêtés furent conduits au Vélodrome d'Hiver puis à Drancy.

C'est l'unique photo retrouvée dans les archives de presse. La censure interdit sa publication en juillet 1942.
Photo du camp de Drancy : cela ressemblerait à une barre de HLM de 4 étages, s'il n'y avait un barquement en bas dans la cour.
Vue générale du camp de Drancy en France où étaient amenées les Juifs arrêtés.
Le camp est formé par des immeubles non terminés, sans fenêtres, en forme de U encadrant un vaste terain sur lequel est installé un baraquement.
C'est de là que partaient les trains vers Auschwitz.
(Reportage photographique réalisé par les nazis, Bibliothèque Nationale)
Photo : une petite fille, vêtue d'une robe à petits carreaux, est endormie. Elle serre contre elle une poupée de chiffon.
Fillette juive endormie à Drancy, prête pour le départ.
Dessin : La porte d'un wagon de marchandises est ouverte. De nombreux enfants y sont entassés. Sur le quai des gendarmes français en poussent d'autres. Le quai est encombré d'enfants. Certains portent des valises ou des ballots. Les gendarmes français font monter les enfants dans les trains.
Dessin de Cabu d'après des témoignages.
Photo : la paroi d'un wagon de planches. Une planche manque en haut faisant une sorte de fenêtre obturée par du fil barbelé. On voit trois têtes de femmes, l'une porte des lunettes, leur visage reflète le désespoir.
Des Juives hongroises photographiées à travers la fenêtre d'un wagon au moment de leur déportation en 1944.
Des fils de fer barbelé ont été placés devant la fenêtre.
Photo : sur la droite un long train qui forme une courbe, on n'en voit que les toits. A gauche, deux voies ferrées vides. Au milieu, sur le quai, le train se vide : des hommes et des femmes dont on ne voit que les dos, portant parfois des ballots d'affaires. Il marchent en s'éloignant de nous. Au fond, des cheminées à la fumée très noire.
Arrivée d'un train de déportés hongrois le 26 mai 1944 sur la rampe d'Auschwitz-Birkenau.
Au fond, à droite, derrière les arbres, on distingue la cheminée du crématoire III.

Il y a aussi dans ce site des photographies de la vie et de la mort dans les camps.


autres documents
Rechercher dans le site
page pour les élèves