La question du pardon

     Jean-Marie Vingerhoets, étudiant à Charleroi (Belgique), me demande : « Avez des témoignages ou autre sur le pardon (avec différentes opinions, par exemple : "Oui, je leur pardonne" ou "Non, je ne leur pardonne pas ) ? »
    D'autres élèves, et parfois des adultes, me posent des question sur le pardon, après Auschwitz.

Pour qu'on puisse pardonner à quelqu'un, il faut qu'il vous demande pardon !

Peu nombreux sont les survivants des camps qui parlent du pardon. Ce n'est pas la question qui hante leur vie :

Les rêves, ça ne s'arrête jamais...

« Les rêves, les rêves. vous savez, pendant des années, au début, je ne rêvais pas du tout. Mais maintenant, tous ces rêves. Il y a deux semaines, je rêvais des Allemands, ils essayaient de me retrouver. Je me suis réfugiée dans l'océan, je me suis cachée dans l'océan du monde jusqu'à ce que les Allemands s'en aillent. Toutes sortes de rêves. Ça ne s'arrête jamais. croyez-moi, jamais, jamais, jamais. Des fois, vous savez quoi ? Je voudrais être morte, moi aussi [Elle pleure. ] Je voudrais être morte. Parce que je ne m'en sors plus avec ça. »
Perla K,
née à Corfou, en Grèce en 1928,
déportée enfant à Auschwitz-Birkenau, puis à Bergen-Belsen, puis à Dachau,
témoignage enregistré en 1990.

Témoignages cités dans Témoigner, Paroles de la Shoah, Flammarion, 2000

J'ai tout de même trouvé ce témoignage. Voici ce que dit Ruth Klüger, déportée à l'âge de 11 ans à Theresienstadt, puis à Auschwitz :

Le pardon, c'est à vomir...

« Le temps me file entre les doigts, et quand ai-je jamais été maîtresse de ma vie ? Où que je regarde, il n'y a que des tessons. Il n'y a qu'à mon intransigeance que je me reconnais, c'est à elle que je me raccroche. Laissez-la-moi.
Je me bats avec ces pensées, parfois je les dis, parfois je les bredouille toute seule, ou bien elles disparaissent après avoir jeté une brève lueur comme sur un écran défectueux. Chez Hofmannsthal, Electre dit : "Je ne suis pas une bête, je ne peux pas oublier." Le pardon, c'est à vomir : je le pense et je le dis.»
Ruth Klüger,
Refus de témoigner, Une jeunesse , Viviane Hamy, 1997

Ceux qui ne demandent pas pardon

Qui sont ces criminels nazis auxquels "il faudrait" pardonner ?

Les crimes contre l'humanité sont déclarés imprescriptibles

A la génération suivante ?

La question se pose aussi pour les enfants de criminels nazis ou de collaborateurs. Peut-on pardonner à ses parents ? Voir là-dessus l'article de Madeleine Natanson ; "Les enfants de bourreaux sont aussi des victimes".

Le pardon, selon Vladimir Jankélevitch

Ceux qui demandent pardon

La « repentance » de l'Eglise catholique est-elle une demande de pardon pour sa complicité dans la Shoah ?

Voir aussi : La Shoah et le pardon, par Liliane Marton
Sommaire
Autres documents
Rechercher dans le site
page pour les élèves