Le départ d'un train de déportation
Le gouvernement de Vichy livre les enfants juifs aux nazis
puis déporte les parents.


Sommaire
Déportation des enfants
Dans les wagons
Déportation des parents
Brutalité de la police française
Suicides
L'attente dans les wagons
Le départ

Extraits d'un rapport concernant le départ du camp des Milles des internés livrés par Vichy aux nazis et transférés de la zone dite "libre" en zone occupée, d'où ils allaient repartir très vite pour Auschwitz-.  Ce rapport daté du 24 août 1942 porte la cote CCXIII-115. Il concerne les départs des 11 et 13 août 1942 :
 
 

Déportation des enfants Vers le haut de la page

Nous avons assisté dans la matinée du Lundi au départ des enfants. Pendant qu'on les faisait monter dans des cars avec leur mince bagage des scènes déchirantes se sont produites. Les enfants jeunes, qui ne pouvaient comprendre les raisons de cette séparation, s'accrochaient à leurs parents et pleuraient.  Les aînés, qui savaient combien la douleur de leurs parents était grande, tentaient de dominer leur peine et serraient les dents.  Les femmes s'accrochaient aux portiéres des cars qui partaient. Les gardes et les policiers eux-mêmes dominaient mal leur émotion.  L'impression était d'autant plus affreuse que jusque là, le plus grand calme avait régné dans le camp. Une résignation pesante et amère se lisait sur les visages. Aucune protestation, aucun cri d'indignation ou de oolére ne se faisait entendre.  Il semblait qu'après tant d'épreuves les internés n'avaient plus là force de se rebeller contre leur destin.
Arrivée à Drancy des enfants transférés de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. Ils marchent le long de barbelés. Un gendarme armé les accompagne. (Estampe de Georges Horan)
Arrivée à Drancy des enfants transférés de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers (Estampe de Georges Horan)

Dans les wagons Vers le haut de la page

Dans l'après-midi du lundi d'importantes forces de police cernèrent le Camp et l'appel des premiers partants commença. 260 personnes furent rassemblées et dirigées sur la gare des Milles où attendait un train de marchandises. la mise à bord des wagons se prolongea fort avant dans la nuit. Les déportés étaient réunis par famille dans des wagons de transport, sans banquettes ni couchettes, recouverts seulement d'une couche de paille. Les wagons ont été hermétiquement fermés pour la nuit. le train n'a pris la route, pour une destination inoonnue que dans la matinée du mardi 11 Août.

Déportation des parents Vers le haut de la page

Au lendemain du départ du premier convoi les autorités du Camp continuèrent sans attendre le recensement et le triage de ceux qui restaient encore.  Rassemblés dans un vaste espace libre au centre du camp, en plein soleil, cernés par des gardes mobiles, l'arme sur l'épaule, les Internés étaient appellés par ordre alphabétique.  Il leur était interdit de s'éloigner. Epuisés par l'attente et l'inquiétude, ils s'allongeaient sur le sol ou s'appuyaient au bras d'un camarade. Quelques uns à bout, de force perdirent connaissance et dûrent être transportés à l'infirmerie.

Brutalité de la police française Vers le haut de la page

Portant ou traînant leurs bagages,les déportés obéissaient avec calme aux indications qu'on leur donnait.  Il faut ici signaler un pénible changement d'attitude de la part des policiers. À la relative réserve de la veille avait succédé une attitude beaucoup plus brutale.  Les gardes harcelaient la colonne, qui n'avançait pas assez vite à leur gré, appuyant de coups de bottes leurs exclamations.  On vit même un capitaine de gendarmerie frapper d'un coup de poing un déporté.  Devant ces scènes un pasteur protestant qui se trouvait sur les lieux fit, après d'autres, une démarche auprès de l'Intendant de police (qui ne quitta pas le camp pendant ces journées). Le capitaine de gendarmerie fût sévérement réprimandé, et - sur ordre - la conduite des policiere devint moins révoltante.

Suicides Vers le haut de la page

Parfois un éclat déchirait l'étrange calme qui régnait sur le Camp.  C'était un homme, ou une femme, à bout de résignation, qui tentait de se suicider en avalant du poison ou en se tranchant une veine. On oompta dans la seule journée de Mercredi huit tentatives de suicide. Par une amére consolation on put obtenir l'annulation de l'ordre de départ pour ces malheureux.

L'attente dans les wagons Vers le haut de la page

Les équipes de distribution de vivres se rendirent dans la nuit auprès des wagons. Sur le talus qui séparait la voie de la route, des policiers, fusil sur l'épaule, lampe électrique à la ceinture, faisaient les cent pas. Les faisceaux de leurs lanternes éclairaient seuls le train qui semblait, égaré dans cette ombre, sans origine et sans but.  Dès que les factionnaires faisaient coulisser la porte du wagon, les déportés se précipitaient, suppliaient qu'on les laisse au moins descendre un instant.  Mais les ordres étaient formels. Le responsable désigné dans chaque wagon était seul appellé et prenait possession des colis pour ses conpagnons de voyage.

Le départ Vers le haut de la page

Au matin, pendant que les équipes sociales juives et non faisaient la haie sur le talus, le train prit lentement le départ.  On agitait des mouchoirs, comme pour de dérisoires vacances, mais les larmes remplissaient tous les yeux. Pas un cri, pas une protestation ne vint des wagons, ou les visages se pressaient derrière les croisillons des fenêtres.  Et ce silence, ce courage paisible jusqu'au dernier instant, était plus déchirant que des larmes.
 
cité par Serge Klarsfeld, Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France



Sur le camp des Milles voir aussi :


 
sommaire
autres documents
Rechercher dans le site
page pour les élèves