La Gestapo

Son rôle dans la déportation des juifs

 

Marie-Eve Arsenault, collégienne à Montréal (Canada) me demande : « Auriez-vous des renseignements à propos de la Gestapo Allemande ? » Guillaume Bourdeleau, lui aussi de Montréal, s'intéresse au même sujet.

Voici quelques informations :

Une abréviation :

Les lettres "GESTAPO" sont l'abréviation de

GEheime STAatsPOlizei,

c'est à dire

police secrète de l'Etat

Histoire de la Gestapo :

La création par Goering

C'est Hermann Goering, alors ministre de l'Intérieur de Prusse qui crée la Gestapo le 26 avril 1933. C'est alors la transformation de la police politique organisée par la République de Weimar en 1919 pour lutter contre les communistes. Goering décide de placer cette police politique sous l'autorité du chef des services de police du ministère de l'Intérieur, Rudolph Diels et de lui donner des pouvoirs spéciaux. Cette nouvelle police se répand dans les divers Lànder (régions d'Allemagne) et se détache de l'administration normale pour passer sous l'autorité personnelle de Goering.
 
« Chaque balle qui sort maintenant du canon d'un pistolet de police est ma balle. Si vous appelez ça un meurtre, c'est moi qui suis le meurtrier. J'ai ordonné tout cela. J'y apporte mon soutien. J'assume cette responsabilité et je n'en ai pas peur »
Hermann Goering, février 1933

La Gestapo passe sous la direction de Himmler

Mais les multiples tâches de Goering et une certaine incapacité à les accomplir jusqu'au bout font assez vite qu'il va passer la main. Le 1er avril, Goering nomme le chef des SS Heinrich Himmler chef adjoint de la Gestapo en Prusse. Il  succède à Rudolph Diels. En fait, dès ce moment, le véritable chef de la Gestapo est Heinrich Himmler. Chef de la police de Munich, puis de toute la police de Bavière, il soumet à son autorité toutes les polices politiques des Lànder (régions). Comme, en même temps, Himmler est chef suprême de la SS, la Gestapo devient rapidement la police politique de l'empire SS.
 
« Une des tâches les plus urgentes qui nous incombent est de découvrir tous les ennemis déclarés ou cachés du Führer et du nazisme, de les combattre et des anéantir. Pour accomplir cette tâche, nous sommes prêts à verser non seulement notre sang, mais aussi celui des autres.»
Heinrich Himmler, 1er janvier 1934
Le chef de la Gestapo, sous les ordres de Himmler, est alors Reinhard Heydrich. La Gestapo participe alors activement à l'élimination du chef des SA, Roehm (30 juin 1934).

Des policiers professionnels

La Gestapo est composée, au départ, non de nazis, mais de policiers professionnels qui ont servi la République de Weimar et qui passent sans aucune difficulté au service de l'Etat nazi. Tel est le cas de son chef, Heinrich Müller, nommé à la tête de la Gestapo en 1935 après une longue carrière dans la police politique de Weimar et qui n'adhère au parti nazi qu'en 1939. Il n'en reste pas moins que la Gestapo est une pièce maîtresse de l'appareil de répression aux mains des nazis.
 
« Article 1er : La Gestapo a la tâche de rechercher toutes les intentions qui mettent l'Etat en danger, et de lutter contre elles, de rassembler et d'exploiter les résultats des enquêtes, d'informer le gouvernement, de tenir les autorités au courant des constatations importantes pour elles et de leur fournir des impulsions.»
Loi fondamentale de la Gestapo,
10 février 1936

Himmler, chef suprême de toutes les polices

En 1936, Himmler devient chef de l'ensemble de la police allemande sous l'autorité toute théorique du ministre de l'Intérieur, Frick. En septembre 1939, Himmler réorganise la totalité des services de police désormais placés sous sa direction pour en faire le RSHA (Reichssicherheitshautptamt). La Gestapo devient alors l'Amt IV de la nouvelle structure.

Les tâches de la Gestapo

Cette police politique chargée des arrestations des adversaires du régime symbolise dans toute son horreur la terreur mise en place par le nazisme.
Elle arrête les communistes allemands, les socialistes (1933-1939 essentiellement : après 1939, plus aucune organisation politique n'a réussi à survivre, même clandestinement).
Elle dispose d'une prison spéciale à Berlin où les opposants sont torturés. Ils ne peuvent avoir un avocat.
« Nous privons de défense légale les ennemis du peuple. Nous, nazis, nous élevons sciemment contre la fausse douceur et le faux humanitarisme. Nous ne reconnaissons pas les inventions fallacieuses des avocats, ni la chinoiserie des subtilités juridiques. »
Hermann Goering, février 1933

La Gestapo surveille, écoute les conversations téléphonique. C'est l'« Institut de recherches Hermann Goering» qui s'en charge.
Elle emmène ensuite les gens arrêtés dans les camps de concentration, mais là s'arrête son pouvoir, car les camps sont sous la responsabilité des SS.
Elle fait la chasse aux homosexuels.

La Gestapo dans l'Europe entière

Après les victoires de l'Allemagne, dans les débuts de la Seconde Guerre mondiale, la Gestapo s'installe dans les pays occupés et organise l'arrestation des opposants, des résistants, des Juifs. Elle participe à la désignation des otages à fusiller. Dans la lutte contre la Résistance, elle pratique systématiquement la torture.
La Gestapo joue aussi un rôle de tout premier plan dans les arrestations de Juifs. D'abord en application des lois de Nuremberg, puis dans la phase d'extermination.
A Lyon, le SS Klaus Barbie, chef de la Gestapo, s'est rendu célèbre pour les arrestations et tortures de résistants (Jean Moulin torturé à mort en 1943) et les arrestations de Juifs (les enfants d'Izieu, déportés et assassinés à Auschwitz).

Le jugement de l'histoire

La Gestapo comme organisation a été, jugée par le tribunal de Nuremberg et condamnée. Le fait même d'en avoir fait partie est considéré comme criminel.

La Gestapo fait partie d'un ensemble de polices

 
Les différentes polices
Explications
La GESTAPO voir ci-dessus
Le SD Sicherheitsdienst = service de sécurité
plus spécialisé dans la recherche des renseignements
La police criminelle Police judiciaire classique
La police de la Wehrmacht Police militaire
L'Abwehr Service de renseignements de l'armée
Les SS Surveillance des camps de concentration

 
 
Voir aussi les pages sur
Un responsable de la Gestapo : Klaus Barbie
Le rôle des SA et des SS dans l'extermination des Juifs
Le rôle de la milice dans l'extermination des Juifs
J'ai utilisé pour cette page : S. Bernstein et P. Milza, Dictionnaire des fascisme et du nazisme, Edition complexe, 1992
Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Marabout, 1962, réédit. 1987.
(Je recommande vivement ces sites et ces ouvrages.)
*
Rechercher dans le site