La déportation dans le département de l'Aisne (13) : fouille à Drancy

Couverture du carnet de fouille, un vieux carnet recouvert de papier marbré. Page du carnet de fouille. C'est un double au carbone. Camp de Drancy. Reçu de Mme Gochperg, 41 Avenue de Coucy, Soissons, la somme de trois cent trente francs, Drancy, le 20 janvier 1944.
(Carnet de fouille du camp de Drancy - Archives du Centre de Documentation Juive Contemporaine - Inédit)
Pauline Gochperg n'était pas juive. Son mari l'était. Il avait été arrêté par la police française lors de la rafle du 17 juillet 1942 et déporté par le convoi n°12 du 29 juillet 1942 et assassiné à Auschwitz. Sa femme resta seule avec ses deux enfants : Albert et Nelly. Elle accueillit aussi Maurice Wajsfelner dont les parents avaient été déportés en 1942.

Le 4 janvier 1944, la Gestapo arrive au 41, avenue de Coucy à Soissons. Elle vient arrêter les enfants juifs qui s'y trouvent : Albert Gochperg, né en 1935, n'a pas encore 9 ans ; sa petite sœur, Nelly, née en mars 1940, n'a pas encore 4 ans ; Maurice Wajsfelner a 10 ans.

La mère non-juive va accompagner ses enfants. On la retrouve au camp de Drancy, le 20 janvier 1944. Elle est fouillée à l'arrivée et on la dépouille des quelques francs qu'elle a sur elle : 330 F. comme en témoigne ce carnet de fouille.

Précédent / Suivant
Document précédent Document suivant
*
Rechercher dans le site