Les trois Auschwitz 

     Il convient de préciser la nature des trois camps principaux d'Auschwitz. On ne s'occupera pas ici des très nombreux camps annexes, des kommandos divers, mais seulement des trois principaux camps, afin d'éclaircir la question.
     Je réponds ainsi à plusieurs questions posées sur ces trois camps, et récemment à la question d'Imane, 14 ans qui me demande : « Je voudrais savoir pourquoi le camp d'Auschwitz-Birkenau porte 2 noms ? Quelle est la raison de ce double nom ? ».
 Auschwitz I
Auschwitz II
 Auschwitz III
Le "camp principal" (Stammlager),
un camp de concentration
Auschwitz-Birkenau,
le camp d'extermination
Auschwitz-Monowitz,
un camp de concentration, centré sur le travail forcé
Le nom :
Auschwitz est le nom allemand de la petite ville polonaise d'Oświęcim (voir le plan).
Le nom :
Birkenau signifie "la petite prairie aux bouleaux". C'est le nom allemand du village polonais de Brzezinka (voir le plan).
Le nom :
Monowitz est le nom d'un très petit village situé au bord de la Vistule (voir le plan), à quuelques kilomètres d'Oświęcim.
Dans la mesure où, à partir de 1942 il y a des chambres à gaz, aussi bien à Auschwitz I (une petite) qu'à Auschwitz II (plusieurs), on peut considérer que ce camp de concentration fait partie d'un ensemble qui joue un rôle d'extermination.
Il y a aussi des déportés qui travaillent dans le camp de Birkenau, à des tâches administratives, dans des kommandos extérieurs et, comble de l'horreur, dans le Sonderkommando qui brûle les cadavres au sortir des chambres à gaz.
Dans la mesure où, à partir de 1942 il y a des chambres à gaz,  à Auschwitz II, on peut considérer que ce camp de concentration fait partie d'un ensemble qui joue un rôle d'extermination. De plus, il y a ici une véritable "extermination par le travail".
Date de création :
  • Au départ, une ancienne caserne de l'armée autrichienne
  • Construit en avril-mai 1940
  • Premiers occupants en juin 1940
Date de création :
  • Septembre 1941
Date de création :
  • Février 1941, lors de l'installation de l'usine Buna d'I.G.Farben
Photos prises de nos jours
Portail d'Auschwitz I, avec le fameux "Arbeit macht frei"
Portail d'Auschwitz I,
avec le fameux "Arbeit macht frei"

Entrée d'Auschwitz-Birkenau
Le célèbre "portail d'Auschwitz"
Monument du souvenir des déportés d'Auschwitz-Monowitz, dans la cimetière du Père Lachaise, à Paris
Monument du souvenir des déportés d'Auschwitz-Monowitz, à Paris,
dans la cimetière du Père Lachaise.
Il n'y a plus de traces aujourd'hui du camp en Pologne :
il a été rasé et les champs l'ont remplacé.
Les activités criminelles principales
  • Travail forcé dans des kommandos extérieurs
  • Sous-alimentation chronique
  • Tortures
  • Assassinat de déportés au Revier (infirmerie) par injection de phénol H
  • Expériences médicales (jumeaux, stérilisation, test de médicaments, résistance à la fatigue...) par le Docteur Mengele
  • Exécutions par fusillade dans la cour du block 11
  • Pendaisons publiques
  • Assassinat dans la chambre à gaz
  • Extermination dans les chambres à gaz de centaines de milliers de Juifs et de Tsiganes
  • Exécutions à la seringue au Revier
  • Travail forcé
  • Pendaisons publiques
  • Travail forcé dans les usines de la Buna (I.G.Farben : usine de caoutchouc synthétique) et dans les kommandos annexes
  • Sous-alimentation chronique
  • Pendaisons sur la place d'appel
  • Injections mortelles au Revier
  • Expédition vers les chambres à gaz d'Auschwitz II
Plan du camp
Cliquez sur le plan pour un agrandissement
Plan du camp d'Auschwitz-Birkenau
Cliquez sur le plan pour un agrandissement
Plan d'Auschwitz-Monowitz, par Serge Smulevic
Plan d'Auschwitz-Monowitz,
dessiné par Serge Smulevic
Cliquez sur le plan pour un agrandissement
Où se trouvent ces camps, les uns par rapport aux autres ?
Plan de situation des trois camps d'Auschwitz
Plan de situation des trois camps d'Auschwitz
Les commandants du camp
Rudolf Höss, puis Arthur Liebehenschel, puis Richard Baer
Josef Kramer
Lagerführer : Maria Mandel
Commandant : l'Hauptsturmführer Heinrich Schwarz
Lagerführer : Schoettel
Des témoins racontent ces camps
  • Marc Klein
  • Ella Lingens (infirmière polonaise)
  • Hermann Langbein, Hommes et femmes à Auschwitz, Paris, Fayard, 1975
  • Léon Poliakov
  • Max Hannheimer
  • Aron Bejlin
  • W. Fejkiel
  • Emile Juillard
• Robert Lévy
• A. Lettich
• Filip Müller (survivant du Sonderkommando)
• Dow Paisikovic (survivant du Sonderkommando)
• Elie Wiesel
• Rudolf Vrba, Je me suis évadé d'Auschwitz, Ramsay, 1988
• Jo Wajsblat, Le témoin imprévu, Florent Massot, 2001
• Sima Vaisman, Parmi les cris un chant s'élève, Le témoignage exceptionnel d'une femme médecin déportée à Auschwitz, Michel Lafon, 2002
• Simon Laks, Mélodies d'Auschwitz, Le Cerf, 1991
• Ruth Klüger, Refus de témoigner, Viviane Hamy, 1997
• Maurice Cling, Vous qui entrez ici..., Un enfant à Auschwitz, Graphein/FNDIRP, 1999
• Denise Holstein, "Je ne vous oublierai jamais, mes enfants d'Auschwitz...", Editions n°1, 1995
• Charlotte delbo, Auschwitz et après, tome 1, 2 et 3 ; Le convoi du 24 janvier
  • Serge Smulevic, dans ce site
  • Primo Levi, Si c'est un homme, Julliard, 1987
  • Robert Waitz, Témoignages strasbourgeois, De l'Université aux Camps de Concentration , Paris, 1947.

     
Sommaire
Autres documents
Page pour les élèves